Accès à la culture

07 – page ok

Dans le domaine de la culture, être spectateur peut être une expérience enrichissante car elle implique l’ouverture aux autres et à d’autres modes de pensées mais peut aussi provoquer des émotions ou développer l’imaginaire.

Se confronter à l’art au sens large génère de nombreuses sensations : on peut s’émouvoir en écoutant une musique qui nous touche, se sentir minuscule face à un paysage ou un monument grandiose, être étonné en observant une peinture, admirer le travail derrière l’œuvre, etc. 

Mais l’art peut aussi générer des effets moins agréables : on peut éprouver du dégout face à certaines images, détester les styles musicaux qui nous rendent tristes, ressentir de l’incompréhension face à un tableau, etc. Or, ces expériences sont tout aussi riches car elles poussent l’individu à s’interroger, à se remettre en question et, éventuellement, à changer sa vision des choses.

Femme regardant un film au cinéma.
Bien de consommation

Comme tout autre produit, la culture peut être considérée comme un bien de consommation, c’est-à-dire destiné à être utilisé ou vendu.

Le vocabulaire utilisé en dit long. On parle de marché de l’art, d’industrie cinématographique, de la cote d’un artiste pour déterminer la valeur de ses œuvres, d’économie de la culture, etc.

L’art se consomme et peut même faire l’objet de spéculation, ce qui l’inscrit dans le mécanisme de l’offre et de la demande : une œuvre rare verra sa valeur augmenter tandis qu’un produit fabriqué à grande échelle aura un prix moindre.

Coût de la culture

Comme tous les biens de consommation, l’accès à la culture a aussi un coût financier (places de concert ou de cinéma, achat de livres, abonnement à une plateforme de streaming musical, etc.).

Depuis 2006, la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté un Code de respect des usagers culturels. Son objectif est double :

  • Contribuer à l’accès de tous à la culture et favoriser une plus large participation du public ;
  • Pour les acteurs culturels, gagner la confiance des usagers.

Plus d’informations sur culture.be, sur lequel le Code de respect des usagers culturels est disponible.

Dans cette optique, de nombreuses initiatives ont pour but de promouvoir l’accès à la culture pour tous :

  • Article 27 : cette initiative provient du 27e article de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, selon lequel « Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent ». L’association vise à faciliter l’accès des personnes en situation sociale et/ou économique difficile à toutes formes de cultures, grâce à une réduction du prix des tickets, plafonné à 1.25€.
    Toutes les actions sur article27.be.
  • Gratuité de certains musées le premier dimanche du mois, le premier ou dernier mercredi du mois. Certains musées sont mêmes gratuits en permanence.
    Liste complète sur artsetpublics.be.
  • Pass musées : il permet de visiter plus de 200 musées belges, pendant un an, autant de fois que souhaité et à n’importe quel moment, pour 59 €. Il est également possible de bénéficier d’un tarif social (à 12 €).
    Plus d’informations sur Museumpassmusees.
  • Wallonie Belgique Tourisme répertorie différentes actions qui permettent de profiter de la culture à moindre coût. Par exemple, les Pass touristiques de différentes villes, des bons de réductions, etc.
    Toutes les informations sur Visit Wallonia.
Autres freins

Parmi les autres freins, citons par exemple :

  • L’accès à l’information sur les possibilités d’activités, les nouveaux événements et les lieux qui les accueillent. Cela nécessite d’avoir la possibilité de se tenir informé, via les médias, ou de faire des recherches spécifiques ;
  • La mobilité : se rendre dans certains lieux culturels éloignés nécessite un moyen de transport ;
  • L’administratif : il est souvent nécessaire de s’inscrire au préalable, d’avoir le bon document pour bénéficier d’une réduction, ce qui n’est pas toujours évident ;
  • L’exclusion culturelle d’un individu qui ne se sent pas « dans la norme » de ce qui se fait dans son milieu. Ce qui peut entrainer la dévalorisation, la honte et l’isolement.

Certaines initiatives ont pour objectif d’aider les personnes éloignées de la culture :

  • Le Centre interfédéral pour l’égalité des chances (Unia) a créé un carnet pratique sur les aménagements raisonnables dans le domaine de la culture. Cet outil est destiné aux organisateurs d’événements et leur donne des conseils pour rendre les lieux culturels accessibles aux personnes handicapées.
    Plus d’informations sur la Fédération Wallonie-Bruxelles.
  • La médiation culturelle vise à établir un dialogue entre les personnes éloignées de la culture et les milieux culturels ou artistiques. L’objectif étant de favoriser la démocratisation de la culture et l’expression créative.