Reprise formation/études

Annaëlle : 6/02. Visuel sur ordinateur ok. Sur smartphone : l’écart entre les images Se former en tant que travailleur et Se former en tant que demandeur d’emploi est plus petit que les autres. Plusieurs liens ne sont pas cliquables : Le Forem et Actiris dans Les dispenses du Forem et SPW Emploi et Interfédé CISP dans Les Centres d’Insertion Socio-Professionnelle (CISP).

Paola : revoir la partie « les établissements et leurs spécificités » (tableau ds Word car pas du tout lisible pour le smart). Je l’ai enlevé de la page.

Ju : Vérifié & modifié le 12/05/23 + 26/02/24 (modifs liens)

| Formations pour adultes

Contrairement au salarié, l’indépendant ou freelance est son propre patron et travaille…

| Valorisation des acquis de l’expérience (VAE)

Indépendant à titre principal, à titre complémentaire, aidant indépendant… 

| Validation des compétences

Le salaire d’un indépendant n’est pas fixe d’un mois à l’autre…

| Se former en tant que travailleur

Contrairement au salarié, l’indépendant ou freelance est son propre patron et travaille…

| Se former en tant que demandeur d’emploi

Indépendant à titre principal, à titre complémentaire, aidant indépendant… 


Formations pour adultes

Les études ne sont pas uniquement destinées aux jeunes. Il est possible de continuer à se former tout au long de sa vie, quelle que soit sa situation professionnelle.

Les raisons d’une reprise de formation sont multiples :

  • Besoin de se spécialiser dans son domaine ou de tenir ses connaissances à jour ;
  • Volonté de développer ses compétences pour avoir plus de responsabilités ;
  • Souhait de se former à un nouveau métier ;
  • Réorientation professionnelle suite à un burn out ;
  • Envie de continuer à apprendre ;
  • Etc.
Un groupe de personnes assis autour d'une table avec des livres.
Les établissements et leurs spécificités (toute cette partie est à revoir)
(RMQ : Le tableau ne convient pas, à remplacer par PDF) => Paola

Différents types d’établissements organisent des formations destinées aux adultes.

Les horaires de formation sont variables d’un type d’établissement à l’autre. De façon générale, les cours peuvent se donner :

  • En journée ;
  • En soirée ;
  • Le samedi ;
  • En horaire décalé = le soir et le samedi ;
  • En horaire adapté : la formation est dispensée lors d’une une journée complète en semaine et/ou le samedi ;
  • En alternance : formation théorique quelques jours par semaine, dans un centre de formation et le reste du temps en stage sur le terrain, auprès d’un professionnel.

La durée des formations peut être très variable. Elle dépend du type de formation choisie, de l’organisme qui la propose, du diplôme obtenu à la fin, de l’horaire hebdomadaire, des éventuelles dispenses que l’on a pu obtenir, etc.


Valorisation des acquis de l’expérience (VAE)

L’expérience personnelle et professionnelle, si elle est en lien avec les études que l’on souhaite entamer, peut être prise en compte.

Cette expérience d’au moins 5 ans, peut permettre d’obtenir :

  • Des dispenses de cours ;
  • Une diminution de la durée totale de formation ;
  • Un accès direct à un master.

La VAE est envisageable pour toute personne qui souhaite entamer des études supérieures à l’université, en haute école ou dans l’enseignement de promotion sociale.

La procédure peut être longue, elle passe notamment par la validation d’un jury. Il est donc recommandé de contacter rapidement le conseiller VAE de l’établissement choisi.

Plus d’infos :

Une personne tenant des blocs en bois avec des icônes dessus.

Validation des compétences

Cette procédure permet de prouver des compétences obtenues lors d’une expérience professionnelle, un stage ou du bénévolat.

Pour cela, la personne doit effectuer une épreuve permettant d’évaluer ses connaissances et compétences dans un domaine précis. En cas de réussite, elle obtient un titre de compétence associé au métier.

Les épreuves ont lieu dans un centre de compétence agréé et sont entièrement gratuites.

La validation des compétences permet de trouver plus rapidement un emploi, d’obtenir un document officiel attestant des compétences professionnelles et même d’alléger une formation en obtenant des dispenses.

Plus d’informations sur les métiers pour lesquels il est possible d’obtenir un titre de compétence officiel sur :

Marquage de la main d'un homme d'affaires sur une case à cocher avec un marqueur rouge sur l'écran.

Se former en tant que travailleur

Tout salarié du secteur privé qui souhaite se former peut demander un congé-éducation.

Il s’agit de jours de congés supplémentaires octroyés par l’employeur, que l’on peut utiliser pour suivre une formation, effectuer un stage, étudier pendant un blocus, etc.

Le congé-éducation permet au travailleur de maintenir sa rémunération, tandis que l’employeur sera remboursé au prorata des heures de formation pour lesquelles le salarié s’absente.

La formation suivie ne doit pas obligatoirement avoir un lien avec la fonction actuelle de l’employé. Elle doit comporter au minimum 32 heures de cours et doit être reconnue officiellement.

Plus d’informations sur le congé-éducation payé :

Groupe de personnes lors d'une conférence d'affaires dans une classe moderne en journée.

Se former en tant que demandeur d’emploi

Les demandeurs d’emploi peuvent aussi se former. Plusieurs raisons peuvent les motiver : se spécialiser dans leur domaine, remettre leurs connaissances à jour, apprendre un nouveau métier, développer d’autres compétences, etc.

Un groupe de personnes assises dans une salle de classe avec une personne levant la main.
Les dispenses du Forem et d’Actiris

Pour bénéficier d’allocations de chômage ou d’insertion, le demandeur d’emploi doit être disponible sur le marché du travail et rechercher activement de l’emploi.

S’il souhaite suivre une formation, il peut demander une dispense auprès du Forem ou d’Actiris. Celle-ci lui permettra de poursuivre des études, tout en maintenant son droit aux allocations, mais le demandeur d’emploi sera dispensé de certaines obligations (recherche active d’emploi et disponibilité sur le marché du travail).

Pour bénéficier de cette dispense, il faut répondre à certaines conditions et faire une demande au Forem/Actiris et auprès du Service Public de l’Emploi.

Diverses dispenses existent :

  • Dispense pour la poursuite d’études de plein exercice : il s’agit d’études de niveau secondaire ou supérieur (hautes écoles, universités, écoles supérieures des arts), organisées, subventionnées ou reconnues par la communauté. Les études à l’étranger ne sont pas concernées ;
  • Dispense pour une formation professionnelle : formations organisées ou subventionnées par le Forem, Actiris, ADG, Bruxelles-formations ou VDAD ou dans tous établissements reconnus par ces organismes ;
  • Dispense dans le cas d’une formation en alternance ou de chef·fe d’entreprise : toutes formations dispensées par l’IFAPME, SFPME, l’IAWM, SYNTRA ;
  • Dispense de formation par le travail (CISP) : toutes les formations dispensées dans un CISP agrée ;
  • Dispense dans le cadre d’un stage, d’une formation ou d’études en promotion sociale : toutes formations de courtes ou longues durées, organisées par des ASBL, des centres de formation, l’AVIQ, etc., les formations et stages professionnels réalisés dans le cadre de formations en promotion sociale ;
  • Dispense pour formations ou études à l’étranger : stages ou formations pour lesquels il n’existe pas d’équivalent en Belgique ;
  • Dispense dans le cadre d’une convention comme candidat entrepreneur avec coopérative d’activité : accompagnement des demandeurs d’emploi dans le cadre de la création d’entreprise ou de toute activité indépendante.

Ce système est proposé par le Forem, Actiris, mais également par le VDAB (Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding) et ADG (Arbeitsamt der Deutschsprachigen Gemeinschaft).

Plus d’infos :

Les Centres d’Insertion Socio-Professionnelle (CISP)

Les Centres d’Insertion Socio-Professionnelle accompagnent les personnes éloignées de l’emploi, en leur proposant des formations dans le but d’acquérir de nouvelles compétences professionnelles, via une pédagogie spécifique et un accompagnement social soutenu. Ces formations s’accompagnent souvent de stages, ce qui permet de développer des savoirs et savoir-faire.

Ils aident ainsi les demandeurs d’emploi à (re)prendre goût au travail, à mieux comprendre la politique de travail, à remettre le pied à l’étrier grâce à un accompagnement adapté et sur mesure.

Les CISP s’adressent à un public spécifique. Pour accéder à ces formations, certains critères sont à respecter :

  • Ne plus être soumis à l’obligation scolaire (avoir plus de 18 ans) ;
  • Être demandeur d’emploi inoccupé depuis minimum 18 mois, dans les 24 mois qui précèdent la formation;
  • Avoir atteint le CE2D (4e secondaire) au maximum.

Certaines dérogations peuvent être octroyées pour les personnes émanant de l’AViQ (Agence pour une Vie de Qualité), de l’INAMI (Institut National d’Assurance Maladie-Invalidité) ou encore pour les personnes disposant d’un CESS (Certificat d’Enseignement Secondaire Supérieur).

Les 157 CISP proposent plus de 400 formations en Wallonie. Les domaines de formations couverts sont très larges :

  • L’alphabétisation ;
  • La remise à niveau ;
  • Le bâtiment ;
  • L’HORECA ;
  • Les métiers verts ;
  • Les services à la personne ;
  • Le secrétariat ;
  • Le commerce, etc.

Avant d’entrer en formation, un premier entretien a lieu avec l’équipe pédagogique pour mieux comprendre les besoins du bénéficiaire et l’orienter vers un secteur qui lui conviendra.

Plus d’infos :